39%  des africains ont accès à internet

En septembre 2020, sur les 1,3 milliards d’habitants,  527 millions d’africains ont accès à Internet (soit 39 % de la population). Entre 2000 et 2020, le nombre d’utilisateurs d’internet a connu une croissante de 11,57 %, tandis que la population n’a cessé de progresser. La communauté Facebook quant à elle, représente 213 millions d’utilisateurs sur les 3,48 milliards. 

Des inégalités face à l’accès à internet

Selon une étude récente de We Are Social et la plateforme Hootsuite , l’Afrique est loin derrière les autres continents en terme de vitesse de connexion.  L’Afrique centrale est la région plus impactée avec 12 % d’utilisateurs connectés. Sur le reste du continent africain, le taux de pénétration progresse légèrement (+1 point en Afrique du Nord et dans la Corne de l’Afrique, +2 points dans l’ouest et le sud du continent et même +5 points dans l’est).

En effet l’accès repose essentiellement sur le Wifi plutôt que le réseau filaire et la vitesse moyenne tourne au tour de 5 Mgbites. La palme revient à Madagascar, qui grâce aux réseaux de câbles  marins EASSy bénéficie de la bande passante la plus rapide d’Afrique avec une vitesse moyenne de 18 Mgbites soit 37 mn pour télécharger un film de 5 Go . La Mauritanie (1.5 Mgbites) est  le pays le plus impacté par cette fracture numérique.

 

Cette fracture est accentuée par les problèmes d’électricité. Car sans électricité, il n’y a pas d’Internet. L’ensemble de l’écosystème numérique repose énormément sur un réseau d’électricité fiable et abordable, des connexions Internet à domicile aux stations de base qui sous-tendent les réseaux cellulaires jusqu’aux centres de données qui stockent le contenu Internet. L’explosion démographique et la forte croissance économique nécessite plus que jamais une une électrification pour accroitre l’utilisation d’Internet en plein essor sur le continent. Les data Center en Afrique devrait atteindre 600 mégawatts en 2020. Et cette croissance représente à elle seule un investissement en capital prévu de plus d’un milliard dans la région. Ce sont notamment les entreprises africaines locales, notamment Vodacom, Safaricom, MTN, Rack Center Nigeria, Africa Data Centers et Teraco qui sont à l’avant-garde de cette industrie en pleine croissance, possédant plus de 95% de la capacité des centres de données de la région. Mais sans une alimentation électrique bon marché et fiable, les centres de données ne seront pas construits en Afrique, gaspillant une formidable opportunité économique.

Sources : Worldwide broadband speed,  Internet World Stats 

Laisser un commentaire