Le World Happiness Report est une étude qui publie chaque année l’état du bonheur dans le monde.  Des experts de premier plan dans tous les domaines – économie, psychologie, analyse d’enquêtes, statistiques nationales, santé, politique publique et plus – décrivent comment les mesures du bien-être peuvent être utilisées efficacement pour évaluer les progrès des nations.

Le rapport établit un classement sur une échelle de 0 à 10. 10 est le niveau maximal de bien-être. Pour évaluer le bonheur dans chaque pays le rapport se base sur 38 indicateurs. Parmi lesquelles : PIB par habitant, Famille, Espérance de vie, Liberté, Générosité, Perception de la corruption gouvernementale.

 

Quels pays ou régions se classent le mieux en termes de bonheur global et de chacun des six facteurs contribuant au bonheur? Un pays a-t-il connu une augmentation ou une diminution significative du bonheur?

En 2019, la Finlande est occupe la première classe suivie de la Danemark et de la Norvège.  Mais le plus surprenant est de voir pointer le Royaume Uni à la 15e place, très loin devant les Etats-Unis, 19e. La France qu’en à elle, occupe la  24e. Autre fait surprenant, le pays le plus développé en Afrique, l’Afrique du Sud occupe la 106e place. L’Ile Maurice 57e (devant le Japon), la Libye et le Nigéria sont en tête de peloton. Le La Tanzanie, la République Centre Afrique et le Soudan du Sud termine le classement.

D’après le rapport, les gens sont plus heureux dans les pays où il y a moins d’inégalités. Etre heureux rime avec productivité et longévité. Cependant selon Ruut Veenhoven, d’après son ouvrage, «la croissance économique n’est pas susceptible d’ajouter considérablement au bonheur». On pourrait également s’interroger sur la mesure du progrès avec le PIB (produit intérieur brut) qui  ses limites. Selon le secrétaire général de l’OCDE Angel Gurria :  «La mesure du progrès ne peut se réduire au PIB par tête» . D’ailleurs les plus  grandes puissances économique n’occupent pas la tête du classement depuis la création de cet indicateur. Les guerres civiles et les crises économiques n’empêchent pas le ressenti du bonheur à l’échelle individuelle.

Source des données HDX ou UNDP, World Happiness Report 2019

Laisser un commentaire